ActualitésAgenda
X

Actualités

A l’approche de Noël, les comités de quartiers de la Ville ont convié dimanche 4 après midi, les jeu...

Agenda

Palais lumière A l’été 2006, la Ville d’Evian a ouvert les portes de son « Palais Lumière ». Autrefois établissement thermal, ce fleuron retrouvé du patrimoine évianais abrite un espace d’exposition et un centre de congrès de renommée internationale.

Historique

A l’origine, un établissement thermal

Le Palais Lumière est à l’origine un établissement thermal. Construit en 1902 par l’architecte Ernest Brunnarius, c’est l’un des plus beaux témoignages de l’architecture des villes d’eaux du début du XXe siècle. Situé sur le front de lac, au voisinage de l’hôtel de ville (ancienne villa des frères Lumière), il jouit d’un emplacement central et privilégié.

Aujourd’hui, un centre culturel et de congrès

En 1996, la Ville d’Evian est redevenue propriétaire du bâtiment et s’est préoccupée de sa préservation.
Sa façade principale, son hall d’entrée, son vestibule et ses décors ont été inscrits aussitôt à l’inventaire des Monuments historiques.
Une réflexion sur une destinée nouvelle et valorisante a abouti au projet de reconvertir l’édifice en centre culturel et de congrès. A l’issue d’un appel d’offres européen, la maîtrise d’œuvre de la reconversion des Anciens Thermes a été confiée à Michel Spitz, architecte mandataire et François Chatillon, architecte du patrimoine (Chatillon & associés). L’équipe avait promis de : « restituer l’esprit et la lettre de l’œuvre de l’architecte d’origine, Brunnarius ».

Hall principal du Palais Lumière

Hall principal du Palais Lumière


Une architecture et des décors uniques

La reconversion a supposé un important travail de restauration (le hall principal et ses décors, la façade principale, etc.). Alternant pierre blanche et faïence jaune paille, la façade principale est unique dans l’architecture thermale lémanique.

Le hall principal était autrefois un lieu de mondanités qui faisait à la fois office de salle d’attente et de buvette. Eclairé par de beaux vitraux, il a été restauré à l’identique. Il abrite en particulier quatre statues allégoriques de sources évianaises placées dans des niches d’angle, œuvres du sculpteur Louis-Charles Beylard.
Les parois latérales du porche d’entrée sont ornées de deux toiles marouflées « Nymphes à la Source » et « Nymphes au bord de l’eau », attribuées à Jean D. Benderly, élève de Puvis de Chavanne.
Par ailleurs, l’édifice a retrouvé son dôme d’origine. Des recherches de représentations d’époque ont permis de redessiner avec exactitude la géométrie de la structure et ses décors. Surplombant le hall central du bâtiment à 35 mètres de haut, le dôme mesure 8,5m de diamètre par 8,5 m de hauteur. Enfin, les architectes ont veillé à restituer les dispositifs architecturaux majeurs pour privilégier la lumière naturelle au sein du bâtiment.

Un bâtiment H.Q.E.

La reconversion du bâtiment s’est accompagnée d’une démarche « haute qualité environnementale », H.Q.E. Pour ce faire, la Ville a eu recours à un spécialiste pour que, de sa construction à son exploitation, l’équipement respecte au mieux l’environnement et soit le plus sain et le plus confortable possible. Le maintien des verrières intérieures permet ainsi de privilégier la lumière naturelle. Autre exemple, le rafraîchissement du Palais Lumière est effectué par pompage de l’eau du lac.